Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 17:57
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE
REMISE DE DISTINCTIONS LE 15 JUIN 2015-AMBIANCE

C'est dans la salle d'honneur de la Garde Républicaine - Bd Henri IV - PARIS IVe, que la Ligue Universelle remet ses distinctions en présence de nombreuses personnalités, avant de conclure par un buffet qui permit la rencontre entre les anciens et nouveaux membres.

 

 

MAGGIORE Philippe

 

Vous êtes né le 21 février 1959. à Nice.

Après l’obtention du Baccalauréat vous êtes embauché quelques mois à la Sécurité sociale, mais, la vie de bureau ne vous satisfaisait pas.

En 1982, vous  passez le concours de gardien de la paix de la Police nationale et après 5 mois d’école de Police vous êtes affecté à Nice. Vous intégrez volontairement l’unité de Police Secours chargée, outre les missions habituellement dévolues à la Police, de l’assistance et du secours aux citoyens, vous vous orientez déjà vers l’aide à autrui.

En 1998 vous êtes mis à la disposition de l’Association Nationale d’Action Sociale des personnels de la police Nationale et du Ministère de l’Intérieur (ANAS) dont la devise est « Solidarité et fraternité ». Vous servez au sein de cette association dans le secteur du Social de la Police au bénéfice des fonctionnaires.

En 2001 nous cofondez avec quelques amis l’Aviron club du Verdon destiné à promouvoir ce sport dans le haut Var plus particulièrement au profit des enfants des communes environnantes.

Enfin depuis juin 2014, vous dirigez le restaurant administratif de l’ANAS, situé à Joinville-le-Pont.

Votre sens du dévouement dans le cadre du bien public nous amène tout naturellement à vous remettre notre médaille d’Argent

 

 

CHERUY Michel

 

Vous êtes né à Meaux en 1953.

Après une formation de Métreur et de technicien d’étude de prix, vous vous dirigez vers l’armée.

Vous êtes affecté au Bataillon de Chasseur alpin, puis au régiment de Dragon de Provins comme adjoint au commandant de la Cie.

Vous rejoignez le régiment d’infanterie de Vincennes comme cdt de la 4e Cie de combat.

Puis, pour terminer cette carrière militaire au grade de capitaine, vous êtes affecté au groupement de gendarmerie de l’Essonne.

Vous continuez dans le civil dans différentes sociétés avec comme pôle de prédilection l’informatique, la sécurité et la gestion.

Mais, votre attachement pour les chasseurs alpins ne vous a pas quitté, vous êtes Trésorier de l’association Edelweiss de Vincennes, ainsi que de Tradition Chasseur, groupe de musique, ainsi que Trésorier général de la Fédération Nationale des Amicales de Chasseur alpin à pied et motorisés.

Vous avez reçu les médailles de Bronze et d’Argent des services  militaires volontaires, ainsi que de nombreuses attestations et témoignages de satisfaction de la part du Ministère des Armées.

Pour votre engagement tant militaire que civil, la Ligue Universelle du Bien Public est heureuse de vous remettre sa médaille d’Argent avec Palme.

 

SALAUN Philippe

 

Vous êtes né le 11 juin 1957 à Malo Les Bains.

Vos études, puis votre carrière professionnelle et votre vie personnelle éclairent d’une lueur toute particulière votre parcours. Parcours que l’on peut pourtant qualifier d’un chemin de croix vous conduisant de la matière, froide et brutale, à l’esprit, chaleureux et bienfaiteur, pour qu’enfin vous puissiez inspirer les âmes sensibles et pouvoir ainsi répondre à votre père qui ne manquera pas un jour de vous poser la question : « Philippe, qu’as-tu fait de tes talents? »

Un D.U.T de mesures physiques en poche en 1977, puis plus tard, en 1986, un DUT de Gestion et d’Administration de l’Entreprise, suivi en 1992 d’un MASTER en Gestion, vous conduisent tout naturellement à rejoindre les grands groupes industriels.

Une première expérience de 1982 à 1987 chez PEUGEOT. Puis vous intégrez le groupe SANOFI en décembre 1987 pour un poste de DRH jusqu’à aujourd’hui. Soit plus de 30 ans.

Votre matière première à vous, ce n’est pas la molécule, rare et bénéfique, si chère aux chimistes et à l’industrie pharmaceutique.

Votre matière première à vous, c’est l’Homme. C’est sans doute pour cela que votre carrière chez SANOFI sera essentiellement dédiée pendant plus de 30 ans à la fonction Ressources Humaines. Cela vous permettra de décliner sous toutes les facettes possibles, cette fonction, à la fois tellement ingrate et pourtant empreinte de tant de noblesse, quand elle permet à l’homme de s’épanouir harmonieusement dans son milieu professionnel, tout en développant aussi bien ses compétences professionnelles, que sa personnalité et ses talents potentiels.

Pour commencer, ce sera la mise en place d’un logiciel de paie, car tout travail mérite salaire. Puis ce sera la mise en place de politiques de formation, de démarches qualité. Dans l’industrie, ça compte la qualité ! Suivront ensuite, la mise en place de procédures de gestion prévisionnelle de l’emploi, d’entretiens individuels, des démarches de progrès, de la gestion administrative du personnel de la politique de recrutement, de la communication DRH au travers d’une revue interne, les relations avec les organismes sociaux, la négociations d’accords parfois complexes en développant des pratiques d’accompagnement au changement, et à l’évolution des métiers.

Car vous savez mieux que quiconque que : « Celui qui n’est pas formé aujourd’hui, sera réformé demain ».

Et pour survivre, il faut évoluer et donc changer en permanence. Pour vous le DRH, a pris les habits de « Curé de l’Entreprise », comme vous aimez le dire.

Moi je vous aurais bien qualifié aussi de « Toubib de l’Entreprise ».

Sans doute pour cela vous avez développé des qualités précieuses.

Comme tout d’abord celle d’écouter pour mieux comprendre, avec le courage d’affronter des contradicteurs en leur disant froidement : « Allez, on met tout sur la table, et on réfléchit ensemble ». Cette méthode vous aidera aussi à trouver les bons mots et les bonnes pratiques :

- pour aider celui qui a des difficultés pour s’en sortir,

- pour apporter la formation à celui qui en manque,

- pour rassurer celui qui est en panne d’espoir,

- pour faire émerger d’un groupe en rébellion, les facteurs clefs de succès et de progrès, pour sortir de la crise

- pour imaginer les métiers de demain et l’évolution des compétences nécessaires, quand en plus, dans un métier où il faut en permanence trouver « la nouvelle molécule miracle », on souffre pendant 20 ans d’une panne d’imagination.

Comme le disait le Général de Gaulle : -« Des chercheurs on en trouve toujours, mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche ! ».

Clef de voûte de votre carrière professionnelle, la mise en place d’un plan de formation pluriannuel permettra à SANOFI de retrouver en 10 ans l’esprit pionnier et novateur des entrepreneurs créatifs, pour favoriser l’émergence de chercheurs qui trouvent. A s’occuper des autres à longueur de journée, on finit par s’oublier soi-même.

Une douloureuse épreuve familiale vous permettra d’accompagner pendant six mois votre épouse malade, avec amour et dignité, permettant ainsi à vos enfants de vivre cette séparation comme un moment fort de l’histoire de votre vie familiale. Rétabli d’un cancer qui vous a frappé en 2013, vous enchainez un burn out en 2014. A chaque fois vous vous relevez, et cette fois c’est pour prendre en main votre destin et solliciter les vertus de votre esprit. La fée des Arts prendre forme féminine en une artiste qui croisera votre chemin et vous inspirera un nouvel engagement envers les Arts et la Culture.

C’est ainsi que vous entrez au Conseil d’Administration de la « Fédération Femme 3000 » où vous êtes en charge de la Commission « Humanitaire et Sociale ». Vous aimez écrire des messages artistiques pour mettre du lien entre le public et une œuvre d’art.

Vous écrivez un roman « Amor Tan bien », comme un hommage à la femme, mais aussi à la chanson française. Parce qu’il développe les valeurs les plus nobles de l’individu, vous souhaitez contribuer à promouvoir la place de l’Art et de la Culture dans notre société malheureusement aujourd’hui en recherche de valeurs.

C’est sans doute aussi pour cela que vous préparez pour 2016 le lancement de votre Entreprise de management artistique, pour partager avec des artistes faiblement armés pour affronter les difficultés matérielles, vos compétences en management, pour les faire gagner.

A la Ligue Universelle du Bien Public, nous aimons bien les personnes qui se dévouent à la cause des plus démunis. C’est surtout à ce titre et pour toute la richesse de votre histoire personnelle que la Ligue Universelle du Bien Public est heureuse de vous accueillir dans ses rangs et est honorée de vous remettre aujourd’hui cette médaille d’argent avec palme.

 

Mariangeles LAZARO GUIL

 

Selon une vieille croyance populaire qui faisait dire que les humeurs des femmes sont aussi imprévisibles que les tempêtes, les météorologues attribuaient aux phénomènes naturels des prénoms féminins. Surprenant alors, qu’aucun n’ait eu l’idée de prénommer comme il était de coutume, une tempête, un ouragan, une tornade, un typhon ou un cyclone du prénom de Guil.

Car qui mieux qu’un phénomène naturel aurait pu être incarné par la personnalité, le charisme, l’énergie, la bonne humeur explosive, l’universalité, le dynamisme, le talent, l’exubérance, la fulgurance de celle que tout le monde dans le milieu des Arts et de la Culture,

appelle familièrement GUIL.

Tout commence en 1959, le 17 avril au sud de l’Espagne à Almeria en Andalousie. 10 ans passés à l’Ecole des Arts Appliqués de Grenade, de l’âge de 12 à 22 ans vous attribuent votre premier diplôme d’Arts Appliqués, spécialisée en sculpture et céramique. A l’Ecole des Beaux-Arts de Séville de 1981 à 1986, vous obtiendrez le Degré supérieur dans la spécialité de la sculpture.

A Mexico en 1986, vous obtiendrez un Master en sculpture monumental et d’urbanisme. Bref, une formation académique, riche et diversifiée, qui permet à Guil de maitriser parfaitement les meilleures techniques sculpturales à travers différents types de matériaux, comme le bois, la pierre, le marbre, le fer, et aujourd’hui l’aluminium. Depuis 1979, Guil aura réalisé 35 œuvres monumentales, participé à plus de 60 expositions et aura été lauréate plus de 20 fois.

Un vrai tourbillon. Guil, vous êtes une femme espagnole fière, libre et indépendante, digne descendante d’Isabelle 1ére de Castille, dite La Catholique qui a marqué les premiers pas de la société en termes d’égalité entre les hommes et les femmes.

Et oui, la jeune femme a du tempérament. Professeur d’Art en Céramique en 1984, elle enseignera, conseillera, animera plusieurs ateliers de création, culturel et en 1990 sera admise professeur d’enseignement artistique à l’école de sculpture en Marble Macarel, puis dirigera des cours gravure dans la pierre du centre pour les enseignants d’un grand lycée.

Chaque année, elle multipliera les récompenses, les honneurs, les premiers prix.

La tornade Guil cherche des challenges à sa dimension. Ce sera la sculpture monumentale.

Chaque année verra une pierre de plus s’érigée sur l’hôtel de son œuvre, au travers de sculptures, d’expositions, d’exhibitions diverses.

Beaucoup figurent aujourd’hui sur les places, ronds-points, jardins publics, ou les musées espagnols. Trop long à les citer tous.

Même son site internet peine à lister toutes les œuvres réalisées. L’Espagne, pourtant historiquement bien disposée à l’égard des artistes, devient trop étroite pour la tempête Guil qui va chercher un nouveau souffle en France. Guil est pétillante comme une bulle de jazz !

C’est donc la Région Toulousaine qui l’accueillera en 2005. C’est sans doute « l’Espagne en toi qui pousse un peu sa corne, où serait-ce dans tes tripes une bulle de jazz », comme se plaisait à le chanter Claude NOUGARO quand il célébrait Toulouse.

C’est aussi à Caraman que Christine et Xavier PECH prendront soin de Guil.

C’est là que Guil posera en 2010 ses pinceaux, ses pensées, ses ciseaux de sculptrice. C’est aussi là qu’elle puisera un peu de l’énergie qui lui fait alors défaut. Même, les tornades ont leur petit coup de blues. Une exposition en février 2011 à la Galerie Dominique C. du Château d’Auriac-sur-Vendinelle réunira pêle-mêle les fruits de sa création. Tableaux, sculptures, assemblages, réunissant toutes les combinaisons de matériaux : pierre, métal, bois, peinture et matériaux divers seront nécessaires pour refaire le plein de motivation.

Le responsable de la Galerie imagine alors de réveiller la créativité de Guil en lui proposant de réaliser en direct et face à un public une œuvre inspirée, avec la participation d’un violoncelliste et celle de Jean-Sébastien BACH qui conjugueront ensemble leurs talents pour réaliser la mise en œuvre en direct d’un relief sculptural.

Le public, comme le violoncelliste Michel POULET, furent surpris de la performance réalisée et du résultat obtenu. Cette œuvre a pris finalement le nom de « Concert pour trois corps » et elle appartient désormais au Fond d’Art Contemporain du Musée « Casa de los Tiros » de Grenade en Espagne. Belle histoire.

La tornade pouvait à nouveau déferler sur l’Europe et multiplier les conjugaisons de talents, et de domaines artistiques. Avec ses lignes, ses couleurs, construit, déconstruit, reconstruit, des fulgurances de forme, de matière, de vibration. Guil s’implique à fond dans ses œuvres.

Tour à tour sculpteur, peintre, soudeur, elle grimpe sur des échafaudages sans cordage un chalumeau à la main.

Elle dit souvent : « Je pense en Espagnol, je fabrique en français ».

Pour elle, « Le sens de la vie, c’est de créer de l’énergie, pour créer de lavie ». Avec Guil, les murs ont la parole.

C’est ainsi qu’a pu naître « Reaction Art » ou « Reaccionarte » en Espagnol, qui signifie « la connaissance de soi et la capacité à travailler en équipe ».

La sculpture en relief d’aluminium « Réaction » est, une fois de plus, le résultat d’une nouvelle inspiration croisée qui, dans ce cas, s’est produite entre l’artiste GUIL et des musiciens qui ont mixé les enregistrements indépendants des musiciens intervenants dans la « Boite à musique ». C’est ainsi que l’artiste a créé son nouveau paysage musical et qu’est née, en même temps, l’idée de cette installation avec une performance vidéo.

C’est notamment à ce titre et pour toute la richesse de votre histoire personnelle que la Ligue Universelle du Bien Public est heureuse de vous accueillir dans ses rangs et est honorée de vous remettre aujourd’hui cette médaille d’Argent avec palme.

 

BOULFOUL Souad

 

Vous êtes née à Constantine en Algérie. Vous y faites vos études et suivez des études de médecine générale avec comme spécialité, la chirurgie maxillo-faciale.

Vous pratiquez cette chirurgie jusqu’en 2005, ou vous arrivez en France.

Vous êtes en poste comme aide opératoire dans les hôpitaux et vous y obtenez votre équivalence en chirurgie maxillo-faciale. Vous pratiquez actuellement à l’Hôpital de Longjumeau.

Vous faites partie de l’association des jeunes chirurgiens maxillo-facial AJCMF,

Vous êtes également trésorière et membre fondatrice de l’association AUMMY,

Vous avez participé à plusieurs missions humanitaires en tant que médecin lors de séismes ou catastrophes dans plusieurs pays, tels : l’Algérie, Haïti, Libye.

Votre métier vous passionne et vous envisagez de créer des centres médicaux, notamment en Algérie afin d’aider les personnes accidentées ou de malformation faciale.

La Ligue Universelle du Bien Public est honorée de vous remettre sa médaille d’Argent avec Palme

 

 

DEBACHE Naji

 

Vous voyez le jour à Tunis, en 1958, d’un père musulman algérien et une mère juive française. Vous avez dons été élevé dans ces cultures diverses et vous êtes ainsi tolérant dans toutes ces cultures.

Mais, atteint d’une maladie rare la spina bifida, vous êtes gravement malades et ce n’est que vers 14 ans grâce aux efforts du personnel de l’Hôpital de Garches que vous réapprenez à marcher avec plaisir.

Photographe de métier et globetrotter, vous êtes le compagnon de route de Enrico Macias, Michel Sardou, Aznavour, etc.

Vous bourlinguez également avec Cousteau et Haroun Tazieff.

Vous parcourez le monde pour saisir les moments forts des pays tels : la Palestine, Israël, la Jordanie, Irak, etc

Vous êtes le Président fondateur d’AUMMY.

Actif dans diverses associations et particulièrement pour le Handicap.

- Chargé de mission pour le handicap par l’Assemblée nationale

- membre de l’association des paralysés de France,

- membre de l’association Neapolis,

- membre de l’association des handicapés et le sport.

Egalement membre de l’association pour l’Union méditerranéenne concernant les installations spécifiques aux handicapés pour des projets d’équipement sportifs.

Et bien d’autres participations selon les urgences du moment.

Pour votre implication, la Ligue Universelle du Bien Public est honorée de vous remettre sa médaille d’Argent avec Palme.

 

 

IMBACH Jean-Paul

 

Vous avez su mener deux carrières mais qui se rejoignent finalement.

Après l’Ecole Nationale de Musique, vous êtes classé baryton et vous vous dirigez vers l’OPÉRA.

Après un complément de formation à l’école espagnole, vous travaillez à l’Opéra de Paris auprès du chef de chant.

A la suite des classes lyriques et de mise en scène avec jean Giraudeau, vous continuez votre Art avec Elia Kazan. Vous allez à la Tosca de Milan travailler avec le maestro Gazzani, puis vous revenez à Paris pour participer aux voix d’Or internationales. De retour à  Paris, vous interprétez, je ne cite que les principaux :

Faust en tant que Valentin, Carmen en Escamillo, Don Carlo en Posa, puis Macbeth en Macbeth, Aïda en Amonasro, etc.

Vous continuez actuellement à interpréter aussi bien du Massenet, Puccini, et bien sûr votre préféré Verdi.

Mais, votre virage fut de passer vos diplômes dans la kinésithérapie que vous pratiquiez dans les hôpitaux de Paris. Begin, Tenon, Insep, etc.

Vous avez exploré les médecines parallèles avec les méthodes chinoises et même avec l’acupuncture par le diapason médical à la place des aiguilles.

Vous exercez actuellement dans votre propre cabinet.

Vous nous accompagnez depuis près de vingt ans et votre sens du civisme et de l’aide à autrui a déjà été récompenser à l’ONAC par une médaille d’argent du civisme.

Pour récompenser ce long parcours dans le bénévolat et le Bien Public, nous sommes heureux de vous remettre notre médaille d’Argent avec Palme.

 

 

ZHANG Maxime

 

Vous êtes né en 1967 à Qingitan en Chine où vous avez fait vos études.

Vous venez en France en 1984 et vous y développez votre propre commerce. En 1985, vous formez l’association des commerçants chinois du Prêt à porter en France.

Vous demandez votre nationalité française qui fut acceptée.

Votre association avait aussi pour but d’aider les autres commerçant tant dans la vie quotidienne que professionnelle.

En tant que président de cette association, vous interveniez surtout auprès de la municipalité et préfecture pour les documents administratifs, les problèmes de livraisons et l’établissement des manifestations festives et commerciales.

En 2013, vous êtes nommé vice-président des photographes professionnel franco-chinois

En 2015, vous faites partie du groupe aidant à l’élaboration du festival international des Arts de Paris dont la Chine est cette année le premier invité d’honneur.

Pour toute votre implication, la Ligue Universelle qui vous a déjà reçu plusieurs fois comme participant à nos remises, est aujourd’hui honorée de vous remettre sa médaille d’Argent avec Palme.

 

LEANG Michel

 

Vous êtes né en 1947 à Kumpong au Cambodge

Vos parents étaient commerçants et vous-même enseignait les langues chinoises et cambodgiennes.

Mais, à la suite des atrocités du régime des Khmers rouges, vous avez perdu deux de vos enfants mort de faim, et avec votre famille, vous vous échappez à travers les mines pour rejoindre le camp des réfugiés de Kao I Dang à la frontière thaïlandaise.  Là, la Croix-Rouge  vous offrit un nouveau départ en 1980 avec un statut de réfugié politique en France. Vous avez depuis reçu la nationalité française.

Vous vous recyclez en tant qu’artisan commerçant en cordonnerie et serrurerie que vous avez pratiquée pendant plus de 27 ans. Vous êtes actuellement Président de l’association des photographes franco-chinois et vous êtes à l’initiative de nombreuses manifestations  culturelles,  continuant toujours votre passion : la photographie que vous pratiquez maintenant depuis  plus de 20 ans.

Vous enseignez aussi les langues et aidez vos compatriotes qui ne parlent pas aussi bien le Français que vous. La compréhension de la langue est la première priorité de l’intégration  de la personne dans un autre pays.

En 2012, vous faites partie de l’Association  Favoriser, l’échange de la culture entre la France et la Chine

En 20115, vous devenez vice-président d’un mouvement citoyen républicain France-Asie

Vous êtes également Secrétaire général de Pôle Asie Pacifique, pour le festival International des Arts de Paris.

Pour votre intégration remarquable et votre dévouement dans le bien public, nous sommes honorés de vous remettre notre médaille d’Argent avec Palme.

 

CHALANE Hakim

 

Vous êtes né  en 1969 à Paris 18e.

Après des études sanctionnées par une maîtrise de sciences politique et d’un master 2 sur la sécurité en France et Europe, vous entrez à l’Union sociale pour l’Habitat.

Après différentes fonctions dans les villes de Cergy, puis Kremlin-Bicêtre, et Achères, vous êtes actuellement urbaniste à Paris-Habitat.

En parallèle à vos fonctions, de 2003 à ce jour, vous enseignez à l’Institut français de Marne la Vallée, ainsi qu’à l’I.C.H Business Club.

Ce club regroupe les métiers de l’immobilier, industriels et promoteurs, ainsi que gestionnaire, vous en êtes le vice-président.

Vous faites partie de l’ANCMP, (association des collaborateurs de Ministres et Parlementaires) 

Vous vous sentez investi dans  le devoir de contribuer à des missions d’intérêt général, et d’ailleurs, vous devenez un référent de l’habitat dans les quartiers sensibles.

Le lien entre les jeunes et votre profession est votre terrain de prédilection, tant les problèmes d’environnement et d’habitat sont des cas bien souvent majeurs pour ces jeunes. C’est pourquoi, vous continuez d’enseigner pour que tous aient une meilleure compréhension de ces problèmes quotidiens qui avec une meilleure coordination avec les constructeurs et les autorités devrait en adoucir les aspérités du vivre mieux ensemble.

Pour votre dévouement dans le bien public, nous sommes honorés de vous remettre notre médaille d’Argent avec Palme.

 

VALADE Marc

 

Vous êtes né en 1944 à Mareuil-sur-Ourq.

Vous étiez dans le domaine de la charcuterie et après avoir été directeur commercial dees Ets MVM, vous prenez la direction de Courte Paille à Cretil-Pompadour

Vous prenez ensuite la direction commerciale et la gérance de la Sté SETIM à Paris

De 2007 à ce jour, vous êtes le gérant de la Sté SNC Parc des Mousseaux à Paris 16e

Vous avez eu une vie politique chargée.

-  Collaborateur du Gal Billote -  Ministre d’Etat

- Elu au conseil général d’un canton Nord de Créteil

- En 89, vous êtes élu conseiller municipal à Champ sur Marne, jusqu’en 2005

- Vous êtes membre du Lion’s club Paris-Victor depuis 1987

- Membre de l’ANAS – Association nationale d’activité sociale des personnels de la Police nationale et du Ministère de l’Intérieur

- Membre de l’association ADICARE – Pr Cabrol

- Membre de l’association de la Légion étrangère – attestation de Thierry Morvan

- Membre donateur et de bienfaisance de la Cie  Motocycliste de Paris

A travers vos différents mandats et à travers vos appartenances dans différentes associations, vous avez toujours été, comme on le dit, sur le terrain pour aider et diligenter les mesures appropriées.

Vous êtes actuellement membre de l’association nationale des collaborateurs de ministre et de secrétaires Parlementaires, dont vous avez reçu le diplôme d’honneur.

Egalement Membre du conseil d’administration de cette même entité avec le poste de délégué au pays du Maghreb.

Pour vos actions  au sein du bien public, nous sommes honorés de vous remettre notre médaille d’argent avec Palme et Couronne

 

SINAPIAN David

 

 Vous êtes né à Valence en 1970.

Après un bac Maths et Sciences physiques, vous entrez à HEC et obtenez votre diplôme international de management université of Asia Tokyo. Puis, Diplôme du Manhattan Institut of Management de New-York, ainsi que le Diplôme de l’Institut supérieur de Gestion Paris-France.

Vous effectuez votre service militaire au service de la Défense à Paris.

De 1993 à nos jours, vous intégrez le Groupe PIC. Vous créez l’Hôtel Maison Pic de Valence, puis ouverture du restaurant Anne-Sophie Pic à Lausanne ainsi que la Dame de PIC à Paris.

Vous êtes le Président de la Fondation PIC, qui a développé un fond de dotation afin d’aider les enfants malades et/ou hospitalisés.

Vous êtes également le Président de l’Association Les Grandes Tables du Monde – fondée en 1954 et qui regroupe les 167 restaurants les plus prestigieux du Monde.

Vous êtes aussi Président de l’association pour la cité de la Gastronomie à Valence.

Vous luttez  à travers vos associations pour l’éducation alimentaire vis-à-vis des jeunes afin éviter le surpoids et les maladies qui en découlent.

Vous participez à de nombreuses causes nationales et internationales.

Nous sommes honorés à titre exceptionnel de vous remettre notre médaille d’OR

 

LEMESLE Claude

 

Vous êtes né le 12 octobre 1945 à Paris. A 8 ans vous écrivez déjà des poèmes et vous apprenez le piano.

A 16 ans vous découvrez Jacques BREL à l’Olympia. Vos parents ce jour-là ont visé juste. Premier déclic ! Vous êtes ébloui par le personnage et son charisme. Du coup, cela vous donne envie de mettre vos poèmes en musique.

Une belle formation universitaire à Henri IV. Hypokhâgne et Khâgne, puis l’Ecole Normale Supérieure. Une année de littérature à la Sorbonne, puis des cours d’histoire en 1966.

Car l’histoire, pour vous, c’est les hommes, et ça compte. Vous êtes humaniste. Si on veut comprendre aujourd’hui, il faut connaître hier, et comme le futur puise toujours ses racines dans le passé, l’Histoire vous passionne.

Vous auriez pu être professeur de français ou d’histoire. Guy LUX, bien malgré lui a constitué le deuxième déclic. En effet, vos amis vous poussent à concourir au célèbre « Jeu de la chance », mais vous n’êtes pas retenu. Comme celui qui ne se plante jamais, n’a aucune chance de pousser, alors grâce au culot d’un d’entre eux qui provoque Guy LUX, vous êtes reçu, vous jouez, et le lendemain, vous êtes chez Mireille, au Petit Conservatoire de la Chanson.

Elle vous donnera la règle : « LEMESLE, ne vous plaignez jamais d’être exploité ! »

Le conseil sera suivi, votre capacité de travail et votre culture y satisferont largement. « J’ai rencontré BREL. J’ai auditionné chez Mireille et voilà ».

Mais c’est quand même Francis LEMARQUE, troisième déclic, que vous interpellez pourtant de façon provocante, en lui écrivant « qu’il n’est pas votre chanteur préféré », qui vous donnera un conseil essentiel pour la suite : « Si vous voulez devenir un poète de la chanson, il vous faudra apprendre la guitare ».

Aussitôt dit, aussitôt fait. Un employé de votre papa alors photographe en Val-de-Marne, vous donnera sa guitare. 3 mois d’apprentissage plus tard, vous maîtrisez les principaux accords et vos chansons trouvent le support musical qui leur permettra de s’envoler vers les interprètes les plus exigeants.

En 1966, vous rencontrez Joe DASSIN, quatrième déclic, et quatorze années de fidélité réciproque. 150 chansons pour Joe DASSIN, avec « L’Eté Indien », « Ça va pas changer le monde », « Et si tu n’existais pas », « A toi », « L’équipe à JOJO », etc… une centaine pour Serge REGGIANI, avec « Le Barbier de Belleville », « Le Zouave du Pont de l’Alma », « Il faut vivre », « Venise n’est pas en Italie », des dizaines pour Isabelle AUBRET, avec « Aimer », « Des Cornouailles à l’Oural », Mireille MATHIEU, avec « Chante pour le soleil », « Par hasard », Gérard LENORMAN, avec « Le Funambule », Gilbert BECAUD, avec « Desperado », « un instant d’éternité », « Faut faire avec », Michel FUGAIN, avec « Vis ta vie », « Dis oui au Maître », Johnny HALLIDAY« Signes extérieurs de richesse », Julio EGLESIAS, avec « Je n’ai pas changé », Et puis aussi Michel SARDOU, Gilbert MONTAGNE, CARLOS, Nana MOUSKOURI, DALIDA, Maxime LEFORESTIER, Nicole RIEU, Alice DONA, Henri SALVADOR, Juliette GRECO, Hervé VILARD, Marcel AMONT, Nicole CROISILLE, Sacha DISTEL …

D’autres encore interprètent vos chansons avec succès, en leur donnant une telle notoriété que votre discrétion, votre réserve, votre timidité, même, se refusent à vous faire tourner la tête. Et pourtant, nous les connaissons toutes vos chansons. Qu’il s’agisse aussi de, « Une fille aux yeux clairs », « Je chante avec toi liberté », « On a volé la Tour Eiffel », « La vie ça danse », « La Liberté sur l’Atlantique », Les prénoms de l’Ile de France » … Mais qu’est-ce qui fait une bonne chanson ?

La Conjugaison gagnante d’un beau texte et d’une mélodie harmonieuse.

Le résultat, ce sont les chansons dites populaires que tout le monde fredonne, et que l’on aime reprendre en chœur et à l’unisson. Mais c’est aussi des chansons plus discrètes, écrites avec sensibilité et émotion à fleur de peau.

Dommage que quelques-uns seulement puissent approcher la subtilité et la profondeur de ces textes. Ce n’est pas Serge REGGIANI qui pourrait dire le contraire, lui qui interprétera avec tant d’émotion la chanson « Il faut vivre », truffée de « perles de culture » Rimbaud que vous respectez plus que tout, n’aurait pas démenti. Vos chansons parlent pour vous.

Je cite quelques lignes de la chanson « Il faut vivre » : « Je veux la chair joyeuse et qui lit tous les livres  du poète au polar, de la Bible à Vermot, m’endormir presque à jeun et me réveiller ivre.

Comment créé-t-on une bonne chanson ?  On peut bien sûr se servir du livre que vous avez écrit en 2010 : « L’Art d’écrire une chanson».

Mais vous dîtes qu’il suffit d’écouter, d’observer, de sentir, et le reste c’est que du travail.

La force de travail, vous l’avez. Une pincée de souffrance et quelques heures d’insomnie pour trouver les mots justes qui feront rêver le public. Mais l’exercice est difficile. ORSENNA vous a dit un jour : « J’admire ce que vous faites car vous avez au maximum 4 minutes pour vous exprimer sans filet.

Moi, si je rate une page, j’en ai 300 autres pour me rattraper ». Et tous les paroliers les plus talentueux sont de cet avis : Georges BRASSENS vous a confié un jour : « Claude, tu ne peux pas savoir ce que j’en bave ! ». Alain LESPRET : « La chanson c’est du boulot, mais ça ne doit ni se voir, ni se sentir ». Quant à Jacques BREL, il invoquait son secret : « Mon Dieu, faites que j’ai toujours peur ».

Parce qu’elle fait oublier les souffrances, une belle chanson devrait être remboursée par la sécurité sociale. Parce qu’elle fait oublier la misère, une belle chanson devrait être financée par pôle emploi.

Cinquième déclic : Comment donner du sens à sa vie et montrer que « Quelque chose a changé pendant que nous passions ». Vous aimez dire, « Enseigner, c’est un métier. C’est payant. Transmettre, c’est un devoir. C’est gratuit. ». Comme l’a dit Michel Platini quand il a quitté l’équipe de France : « Je vais essayer maintenant de rembourser à la vie, la chance qu’elle m’a donnée ».

Vous avez donc décidé de transmettre depuis 25 ans ce que vous avez acquis en cinquante années d’écriture en animant des ateliers de jeunes paroliers et auteur-compositeur en herbe.

Aujourd’hui, les honneurs, les reconnaissances et les gratifications se multiplient pour vous.

Toujours actif en tant que Président d’Honneur à la SACEM, où vous avez œuvré pendant 24 ans depuis 1989. 10 ans comme Secrétaire Général et 4 ans comme Président.

Beaucoup de responsabilités, beaucoup d’énergie, beaucoup de stress. Chevalier de la légion d’honneur depuis le 26 mai 1998, promu Officier de la Légion d’Honneur le 24 juillet 2011.

Un film consacré à votre vie, réalisé en 2015 par vos amis Marie Claire et Serge KORBER, que nous verrons bientôt à la télévision et aujourd’hui même avec nous à la Garde Républicaine. C’est surtout à ce titre et pour toute la richesse de votre histoire personnelle que la Ligue Universelle du Bien Public est heureuse de vous accueillir dans ses rangs et est honorée de vous remettre aujourd’hui cette médaille d’or.

 

.

MA Tselin

 

Né en 1960 à Guangdong  (Canton) dans une famille de la bourgeoisie intellectuelle qui lui a transmis l'amour de la peinture, l’artiste est attiré par la calligraphie, dès l’enfance.

Dans la Chine de Mao, il a enduré les ébranlements de la Révolution culturelle et, comme des milliers d’étudiants, se voit exilé à la campagne. En 1979, il part pour Pékin à où il obtient le diplôme de l’Ecole des Beaux-Arts. Ensuite, il est sélectionné pour poursuivre ses études à Paris. En 1985, il sera le premier étudiant chinois reçu à l'école des Arts Décoratifs de Paris, sans parler un mot de français.

En 1988, Ma Tsé-Lin expose à Beaubourg, et c’est le début du succès international. Il s’installe à New York pour quelque temps, mais décide de retourner en France où il devient citoyen français ; il vit aujourd’hui à Vitry.

Imprégnée de sa culture, son œuvre a une portée spirituelle à travers ses personnages de Bouddha rieurs ; ceux-ci font l'objet de multiples représentations telles que : la sincérité, la simplicité, le renoncement ou l’apaisement. Ces éléments de la sérénité de Bouddha figurent une allégorie de la sagesse.

Aux U.S.A., Sharon Stone et Richard Gere ont craqué pour ses toiles, Madonna en possède trois. En France, Alain Delon, Kenzo, Marc Lavoine et Patrick Timsit collectionnent également ses œuvres.

MA Tselin a reçu une lettre de remerciement de la part de la Ligue des Droits de l’Homme, pour son implication dans les causes internationales.

Un courrier de l’IFRAD le remercie pour son geste envers la recherche des maladies ALZHEIMER, ainsi que le Lions Club International pour ses aides humanitaires.

Il a également reçu un courrier de l’UNICEF, pour son engagement envers les enfants du Darfour

La Ligue Universelle du Bien Public est particulièrement honorée de lui remettre sa médaille d’OR

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Ligue Universelle du Bien Public