Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 14:40


Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, et vous tous en vos grades et qualités.
C’est dans le cadre des salons de la Garde Républicaine que nous avons le plaisir de nous réunir aujourd’hui. Ma première parole sera une parole de gratitude à l’adresse du Général Moulinié, Cdt de la Garde Républicaine et du Colonel Mignotte commandant du 2e R.I. de la Garde Républicaine, qui nous donnent l’hospitalité dans ce haut lieu.
Nous avons reçu les excuses de :
- Mme la Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, Roselyne Bachelot
- M. le Ministre du Travail, des Relations Sociales et de la Solidarité, Xavier Bertrand
- Monsieur et Madame Jacques Chirac
- Son Altesse la Princesse Stéphanie de Monaco, présidente de l’A.I.D.S. Monaco
- du Général Jean Combette, Président du Comité de la Flamme.
Je veux exprimer ensuite ma gratitude et celle de la Ligue Universelle du Bien Public aux éminentes personnalités qui, retenues par les devoirs de leur charge et désireuses néanmoins de donner à notre institution un témoignage tangible de leur sollicitude, voire de leur solidarité, se sont excusées et nous accordent l’insigne honneur de leur considération.
Je tiens aussi à exprimer ma reconnaissance et celle de la L.U.B.P. à Monsieur  le Major Berthelot et à l’ensemble de ses collaborateurs.
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, c’est à vous que vont ensuite mes remerciements, d’être venu si nombreux et il m’est agréable de voir parmi vous des personnalités à qui je suis heureux de souhaiter la bienvenue. Je signalerai également la présence du Grand Chef National Guillaume Carle, Pdt de la Confédération des Peuples Autochtones du Canada, qui est venu spécialement pour être des nôtres ce soir…
Après avoir expliqué ce qu’est la Ligue Universelle, son histoire et ses buts, le Président remercie vivement la presse tant visuelle, que audio et écrite qui est présente ce soir, en effet, pas moins de 4 télévisions mondiales, 4 journalistes de la presse et radio  internationales sont présents ce qui est un événement en soi. Après les avoir remercié de vive voix le président cède la parole au vice-président qui appelle le premier récipiendaire.

Puis à tour de rôle, s’enchaînent les discours et remises; l’orateur exprime ainsi rapidement pour chacun des récipiendaires son parcours et le pourquoi de notre choix de mise à l’honneur. Le général de Division René Omnès nous assiste en ce moment particulièrement émouvant où des personnalités de régions, de pays, de religions, bref de sensibilités différentes, sont venus nous honorer de leur présence en venant recevoir nos distinctions. Et c’est devant un public nombreux et de qualité que la manifestation s’est effectuée avec un satisfecit général.



M. et Mme RUYANT Xavier,
ils sont félicités pour leur travail d’édition en ayant créé le Guide Annuel des Fondations et Associations, sous l’égide du Ministère de la Santé et de la Jeunesse et des Sports.
Un site accompagne ce guide : www.gafa.fr
La L.U.B.P. est heureuse de leurs remettre sa médaille d’Argent.



Anh Dao TRAXEL.
Vous êtes née en août 1957 à MY THO au Sud Vietnam. Après des études dans votre pays d’origine, vous décidez de fuir le régime en place en 1978. Comme Boat people, vous fuyez le régime communiste. Lors de la pénible traversée en mer de Chine, vous sauvez deux enfants d’une mort certaine et destinés à être jetés par dessus bord comme tant d’autre l’ont été.
Eprise de liberté à la suite d’un périple douloureux ou après avoir connu la guerre du Vietnam dans les camps de redressement et ceux des réfugiés c’est avec une grande blessure que vous arrivez sans famille et sans bagages à Roissy en 1979.
Alors que vous pleuriez dans un coin, un grand homme s’avance et vous dit « Ne pleure plus, tu vas venir chez nous ! ». Ce protecteur que tout le monde connaissait hier comme Président de la République, était le Maire de Paris Jacques Chirac.
Après avoir vécu avec eux deux magnifiques années et travailler plus de 20 ans au cabinet du Maire de Paris, vous œuvrez actuellement au Ministère du Tourisme. Vous êtes consultante pour divers organismes dans le domaine culturel et associatif au profit du Vietnam. En 1985, vous aviez dispensé des cours de Vietnamien au profit de diverses associations asiatiques du XIIIe arrondissement.
Soucieuse d’aider les autres, vous êtes vice-présidente de l’Association Soleil Francophonie créé en 1994 dont le but est de développer les échanges culturels entre la France et le Vietnam. Vous vous investissez plus particulièrement dans le service de la solidarité ou vous êtes en charge de trouver des bourses pour les étudiants vietnamiens. Votre objectif majeur est de collecter des fonds pour les enfants vivants en situation précaire et dont le seuil de pauvreté rime avec misère.Ces démarches montrent que votre pays d’origine vous tient à cœur et que vous avez su garder un équilibre en essayant de nous faire partager en retour votre culture originelle.
Actuellement présidente de l’Association de Dévouement Civil et Militaire créé en 1999, vous honorez par une médaille associative les anonymes de la République et Bienfaiteurs du quotidien.Les fonds de l’association sont destinés à soutenir deux actions : orienter l’aide envers les personnes âgées en allant à leur rencontre, organiser des repas, des animations, leurs apporter un soutien moral. Vous n’avez pas oublié les nobles enseignements de celle qui était parti en croisades auprès des foyers de retraités et que avez accompagnée, Madame Bernadette Chirac, dont nous ne pouvons que louer ses interventions.
Avec votre mari, Emmanuel, lieutenant de Police, vous apportez également une aide aux famille de policiers, gendarmes, sapeurs, dont l’un des membres aurait perdu la vie. Vous vous déplacez souvent dans les centres hospitaliers honorant ceux qui vous ont été signalé, ainsi que partout a travers la France, voir l’Europe. Depuis cette année vous êtes également vice-présidente de France Diversité Populaire ou vous représentez les populations d’Asie et les encouragez à la citoyenneté. Vous trouvez encore le temps d’intervenir dans les universités ou au barreau de Paris pour effectuer des conférences sur le Vietnam et sur les Droits de l’Homme. Et pour vous distraire de toutes ces occupations, vous venez de sortir votre livre « La fille de cœur des Chirac», leur rendant ainsi un vibrant hommage a ceux qui un jour vous ont tendu la Main.
Nous vous remercions de ne pas avoir oublié l’aide reçue et de l’avoir retransmise à votre tour. Pour tout ce que vous faites, la Ligue Universelle du Bien Public ne pouvait pas à son tour vous citer en exemple, votre combat étant similaire au notre. Nous sommes donc tout naturellement honoré de vous remettre notre médaille d’Or.   

S.E. Carlos-Edmilson MARQUES VIEIRA.
Né en juillet 1960 en Guinée Bissau, et après des études vous menant au baccalauréat en portugais en 1979, vous entrez comme rapporteur au Cabinet du ministre à la Présidence de la République guinéenne. En 1984, vous passez une mise a niveau universitaire à Rouen et dans la foulée, obtenez un DEUG de Droit, puis une licence avec mention, d’Etudes supérieures Relations internationales à Paris. en 1095-96, vous obtenez votre maîtrise avec mention. Diplôme Supérieur de Recherche, Relations internationales.
En 3e cycle, toujours avec mention en Recherche Relations Internationales et finalement un DESS de Droit et pratique des Affaires Internationales à l’Université de Nice-Sophia-Antipolis.
Parallèlement, vous occupez le poste de Responsable de l’Administration et des Finances au Consulat de la Guinée Bissau, puis un poste de Consul honoraire de la République de Guinée-Bissau en Rép. populaire d’Angola.
Laissant le monde diplomatique, vous entrez dans une société française de négoce international et vous êtes son directeur d’agence en Angola. Vous y réhabilité la filière café, développez la pêche artisanale et vous assistez les PME-PMI locales. Puis vous retournez vers le monde diplomatique en tant que Chargé de la Coopération à l’Ambassade de Guinée-Bissau en France. Vous devenez le 1er secrétaire à la Délégation permanente de la Guinée-Bissau auprès de l’UNESCO de 1996 à 2002. Vous devenez vice-président du Groupe Africain de l’UNESCO de 2001 à 2002 et de 2004 à 2005, vous êtes président du sous-groupe régional Afrique de l’Ouest à l’UNESCO.
Depuis 2002 à ce jour, vous êtes Ministre-conseiller, Délégué permanent de la Guinée-Bissau auprès de l’UNESCO, ainsi que chef de la Mission diplomatique.
Que de parcours et surtout quel engouement pour la francophonie. De plus votre appartenance à l’UNESCO est forcément un choix personnel de vouloir apporter son charisme humanitaire aux causes internationales et protéger ainsi votre région et bien sûr la Terre malade des errances humaines, l’UNESCO protège ainsi une pluralité culturelle, de monuments et d’espèces, aussi bien humaines qu’animales ou végétales.
C’est cela le patrimoine  Bien Public, en prendre soin, protéger nos enfants d’un futur chaotique, voila une mission qui vous va comme un gant dans le cadre de l’UNESCO, composante essentielle de l’ONU.
Dans le peu de temps libre qui vous reste, vous vous adonnez à l’exercice de la plume, et nombreuses sont les parutions servant de base à vos séminaires dans le cadre d’aide aux ONG de la Guinée-Bissau . Vous aimez la poésie et vos rimes sans protocole ni contrainte vous permettent l’évasion spirituelle, rejoignant peut-être votre terre natale y trouvant enfin un havre de paix loin des turbulences de la capitale.
Vous êtes d’ailleurs, vice-président de l’Association Culturelle et Pportive des Originaires de la Guinée-Bissau. Vous devenez également membre fondateur d’une ONG française : Continent Initiative Développement, dont l’objet est de participer au développement économique des pays en voie de développement et la lutte contre la désertification en Afrique Occidentale.
Nous sommes très honorés à notre tour de pouvoir nous associer symboliquement à vos travaux qui font partie intégrante de nos objectifs, pour cela nous sommes fiers de vous remettre notre médaille d’Or.

GHRENASSIA Roger.
Après votre service national, vous rejoignez la SNCF pour plus de trente ans de bons et loyaux services. Qu’on en juge : Après les éléments de mai 1968, impérieusement vous ressentez le besoin de vous rendre utile auprès de vos collègues et tout naturellement vous vous engagez comme mutualiste à la Mutuelle de l’Orphelinat des Chemins de Fer Français, exerçant le poste de Secrétaire adjoint, puis celui de Président de Section. Il vous a été décerné la médaille d’Honneur de la SNCF, puis l’Ecu d’Argent des bonnes relations dans le travail décerné par la Vie du Rail, ce qui prouve si besoin est, l’estime et la considération de vos supérieurs ainsi que de vos collègues. Entre autres, il vous a été
attribué le diplôme d’Honneur des Donneurs de Sang bénévoles de la SNCF.
Pas de retraite pour vous, au contraire, un regain d’activité : l’Union Mutualiste Cheminot du Gard vous accueille comme Administrateur. Aujourd’hui, vous en assurez la vice-présidence et la Mutuelle générale des Cheminots vous confie le poste de Secrétaire général.
A titre bénévole, vous animez des journées récréatives dans les hôpitaux, hospices, Maison des Anciens comme chanteur ou batteur.
Vous militez comme adhérent actif dans plusieurs associations ludiques. De nombreuses distinctions ont rendu hommage à votre mérite et à votre dévouement.
L’Etat français vous a exprimé sa satisfaction en vous décernant l’Ordre national du Mérite au grade de Chevalier.
Il y a 22 ans, en 1986, la Ligue Universelle du Bien Public vous a décerné sa Médaille d’Argent que vous avez reçu des mains du Professeur Cabrol. Aujourd’hui, nous vous remettons notre médaille d’Or pour avoir servi la L.U.B.P. pendant toutes ces années avec une constance et un désintéressement admirables.                   n

BADIA Pierre.
Cher monsieur, toute votre vie se déroule au profit de vos concitoyens. Vous êtes présent sur tous les fronts et vous n’avez de cesse de répondre à toutes les demandes d’aide et de secours.
Après avoir obtenu à 19 ans votre brevet de pilote, l’armée de l’Air française vous emploie comme moniteur pilote de chasse jusqu’en 1972. En 1973, vous êtes conseiller à l’emploi auprès de l’A.N.P.E. et ceci jusqu’en 1998 où vous vous déclarez en retraite si l’on peut dire.
Pendant 4 ans, vous vous engagez auprès su Samu Social de la Croix-Rouge et devenez Maître Chien de Recherche et de Sauvetage et vous participez aux grands sinistres comme volontaire. 17 années d’action avec la Sécurité civile.
52 ans comme Donneur de sang pour les opérations à cœur ouvert. Vous êtes titulaire de diplômes, d’attestations, de témoignages de satisfaction, de témoignages de reconnaissance, de lettres de félicitation, de citations, de distinctions nombreuses à l’échelon Or.
Cher ami Pierre, pour l’ensemble des années où vous avez œuvré au service des associations à but non lucratif, pour tous les sauvetages effectués au péril de votre vie, pour les vies sauvées grâce a votre courage, pour votre dévouement et civisme exemplaire, la Ligue Universelle du Bien Public est honorée de vous compter parmi ses membres en vous décernant sa médaille d’Or.                   


Si Dalil BOUBAKEUR,
Cher ami, J’ai eu l’honneur de faire votre connaissance lorsque votre père Si hamza Boubakeur était encore le recteur de la Grande Mosquée de Paris. Vous étiez alors le médecin disponible, avec la vraie vocation de soigner, connaissant les patients et les familles des patients comme si vous étiez le père, le frère ou le cousin de chacun.
Pourtant bien occupé, votre salle d’attente était tout le temps comble, vous avez naturellement ajouté à votre emploi du temps des vacations et des enseignements, vous vous êtes engagé dans les associations de médecins de Paris et aussi dans un groupement de professeurs, de chirurgiens et médecins spécialistes musulmans. Les réunions se déroulaient à la Mosquée et tout aussi naturellement vous avez voulu aider votre père. Vous m’avez associé à la création d’un journal pour l’expression de la Mosquée et au premier congrès islamique de France.
Le monde musulman à cette époque était regardé avec méfiance, il était multiple et chaque tendance autonome dans ses réflexions comme dans ses actions.
C’est alors que vous avez relevé le défi de promouvoir l’islam de paix. Challenge d’autant plus difficile qu’à l’international les actions des uns et des autres venaient démentir votre vérité. Il vous a fallu vous battre et défendre pied à pied les vertus de votre religion, ces vertus qui réveille le cœur de l’homme pour lui communiquer la sagesse.
 L’islam français est composé de personnes venant d’horizons totalement différents, de tradition et de coutumes différentes, un même Dieu mais des façons diverses de l’honorer. Et lorsqu’il y a des hommes, il y a des intérêts, donc des philosophies et des approches qui s’entrechoquent. Chacun détenant sa vérité, la démontrant en interprétant les versets et en appelant Mahomet à son secours.
Le fondement de l’Islam est l’Amour et la Paix mais ce n’est pas l’image générale qui en ressort. Il était donc pratiquement certain qu’une alliance de ces tendances vivant en France soit un échec et bon nombre se frottaient les mains dans cette attente. Votre détermination nous a prouvé le contraire, votre acharnement a triomphé des oppositions et aujourd’hui l’Islam français est uni, pacifié, intégré dans la population.
Aujourd’hui les musulmans ont un organe officiel qui les représente, qui est votre œuvre et dont vous pouvez être fier.
Vous êtes passé de la théorie à la pratique.
Vous êtes passé de l’idée à la réalisation.
Vous êtes passé du rejet à l’acceptation.
Vous nous avez montré, mon cher docteur, que c’est possible entre musulmans de traditions différentes et vous avez réussi le pari de faire comprendre aux athées, aux chrétiens, aux juifs c'est-à-dire aux français dans leur pluralité que l’islam dans ses fondements est porteur des valeurs du bien public. En vous remerciant pour cet énorme travail, la Ligue Universelle du Bien Public est fière de vous décerner sa médaille d’or.


Laurent BETEILLE.
De profession d’Avocat, vous devenez sénateur le 17 janvier 2001 et êtes réélu en septembre 2004. Nul doute que vos compétences en matière de Droit vous ont servies pour être membre de la commission des Lois constitutionnelles, de législation, de suffrage universel, du règlement et d’administration générale. Vous êtes également membre du groupe Union pour le Mouvement Populaire.Bien que nous disions qu’en général les politiques sont plutôt frileux, vous, au contraire ne craignez pas le froid en devenant membre du groupe d’études Arctique, Antarctique et T.A.A.F, vous continuez vos travaux à la Commission d’étude de l’énergie et de la section énergie renouvelable, ainsi que dans la commission de la gestion des déchets.
Vos implication dans la relation des peuples à travers l’amitié et la connaissance, vous font parcourir le Monde. En effet, vous vous êtes beaucoup investi dans les groupes parlementaires d’Amitiés tels : France-Afrique de l’Ouest, et je sais que tout particulièrement vous avez beaucoup d’affinité avec le Sénégal pour lequel vous avez œuvré dans le cadre de l’Union des Maires. Egalement France-Amérique du Sud, France-Cambodge et Laos, France-Canada, France-Israël, France-Maroc, France-Québec et France-Roumanie. Vous faites parti également du Groupe d’Information et d’échange Sénat-République de Chine-Taiwan, France-Vietnam et Participation au Groupe d’Information International sur le Tibet.
Ce soir, donc la plupart de vos compagnons récipiendaires ne sont pas des inconnus pour vos travaux. Puisque nous avons des 4 coins du Monde que vous avez choisi de privilégié de vos attentions, un représentant passé ou présent de La Ligue universelle du Bien Public ; Bien Public, au sens le plus noble, que vous défendez âprement en étudiant les pollutions liées à nos consommations, ainsi qu’au comportement des peuples, qui selon leur latitude n’impliquent pas de la même manière les ressources naturelles et les déchets y incombant Mais tous nous en subissons les dérèglements climatiques et incidents. Ce premier Bien public qu’est la Terre, est le patrimoine le plus important, c’est là où nous vivons et c’est là que nos enfants évolueront. Merci, Monsieur le Sénateur de vous en préoccuper, non pas seulement au sein d’un hémicycle, mais quotidiennement sur la Terre entière.
De plus vous avez à charge en tant que Maire, une commune de Seine-et-Marne en pleine évolution : Brunoy, auprès d’une forêt magnifique, la forêt de Sénart
Loin de vous arrêter à cette Commune, vous êtes Président de l’Union des Maires de l’Essonne, ainsi que Président du SIVOM Vallée de l’Yerre et des Sénarts.
Vous restant encore un peu de temps vous êtes trésorier de la section française de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF).
Membre du bureau européen de la Délégation française aux assemblées parlementaires du Conseil de l’Europe et de l’Union de l’Europe occidentale, Membre de la Cour de Justice de la République. Que d’occupations !  je présume que pour vous la bataille des 35 heures ne vous effleure, même pas en rêve.
Nous vous remercions de votre présence, du fait de votre emploi du temps chargé à cause des municipales proches.
C’est pourquoi, cher Sénateur -Maire pour tout ce que vous faites pour le bien de la France et l’Humanité ainsi que pour le rapprochement des peuples, nous ne pouvions pas faire moins que de vous décerner notre médaille d’Or.                

S. E. LU CHING-LONG Michel.
Votre amour pour la France ne fait aucun doute ainsi que la maîtrise de notre langue, vous êtes, Dr es lettres à L’Université de Paris VII., Professeur associé dans les Universités de Tamkang, Nationale Sun Yat Sen, Kaoshiung, de Nan-Hwa, et de Ming Chuan.
Vous avez publié de nombreux articles  concernant les ONG Taiwanaises, leur participation internationale et leur approche culturelle, socio-économique et valeur de l’enseignement.Vous commencez votre carrière comme chargé de mission aux relations publiques, Office de l’information du Gouvernement. Puis Chef de section au Département des Affaires européennes au Ministère des Affaires Etrangères de Taiwan. Après avoir hiérarchiquement progressé dans les différents services vous occupez le poste de premier conseiller au bureau de représentation de Taipei à Paris en 1991-1995, Vous avez entre-temps occupé des fonctions diplomatiques au Pays Bas, puis à Genève  comme directeur général à la Délégation économique et Culturelle de Taipei de 1998 à 2000, également à Haîti ou vous exercez la charge d’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Chine (Taiwan),.
En 2004, vous êtes nommé  Directeur général au comité pour les affaires internationales des ONG au Ministère des Affaires Etrangères, et également Directeur général au Bureau des Relations avec le Parlement., puis porte-parole et directeur général de l’Information et des Affaires Culturelles. Enfin Porte Parole et Secrétaire général au Ministère des Affaires Etrangères en 2006-2007.
Actuellement, vous êtes Représentant du Bureau de Représentation de Taipei en France. Très occupé par les relations entre Taipei et l’Europe, vous  avez néanmoins toujours su garder un temps pour la Culture, et bien sur l’enseignement et la divulgation de celle-ci.
Vous êtes le parfait exemple de ce que nous défendons, celui de participer dans la mesure de ses moyens à toute amélioration de caractère social compatible avec l’intérêt général, de s’engager dans les causes internationales en faisant respecter la Déclaration des  Droits de l’Homme et de dénoncer la misère et l’oppression sous toutes ses formes. La protection de la famille en luttant contre l’alphabétisation, la sauvegarde de la dignité humaine et lutter contre le racisme.
Au niveau international à travers les ONG que vous dirigez et conseillez de façon à ce que les œuvres et l’activité s’orientent vers le Bien Public sous toutes ses formes, vous nous apparaissez comme un relais important de nos valeurs et la Ligue Universelle du Bien Public est fière de vous décerner sa médaille d’Or. 





Monseigneur GERMAIN
,
évêque de l’église Orthodoxe de Saint-Denys, Je dirai donc que vous êtes né en Angleterre, à Stoke-on-Trent, ville industrielle des Midlands. Issu d’une ancienne famille poitevine, votre naissance anglaise est due au fait que votre père dirigeait une usine appartenant à un grand fabricant de pneumatiques français. Faut-il voir là une prédestination à vous occuper plus tard – et encore maintenant – de pneumatologie, qui est, m’a-t-on appris, la science du Saint-Esprit ? Vous passez donc en Angleterre les huit premières années de votre vie, et cette éducation british paraît avoir laissé chez vous, outre la connaissance de la langue, des traces ineffaçables, notamment un humour très typique. Peu avant la guerre, toute la famille rentre au pays. Vous entrez en pension, d’abord, pendant quatre ans, au collège de l’abbaye bénédictine de la Pierre-Qui-Vire, dans le Morvan, puis dans un collège jésuite à Tours, pendant deux ans. Vous vous y formez aux humanités classiques, à l’art liturgique et aussi à la science symbolique, pour laquelle l’abbaye de la Pierre-Qui-Vire est réputée.
Une fois vos études secondaires achevées avec un baccalauréat ès-lettres et avec un double baccalauréat en mathématiques élémentaires et en philosophie, vous entrez au lycée Henri IV de Paris en classe préparatoire aux grandes écoles scientifiques, classe qu’on appelle, en jargon estudiantin, « taupe ». Vient ensuite le temps de votre service militaire, que vous effectuez comme officier dans l’artillerie.  Il vous est arrivé de dire plaisamment que vous aviez été préparé à la connaissance des « canons » ecclésiastiques par celle des canons militaires...
Survient alors l’événement majeur de votre vie : emmené par votre frère aîné et par un ami d’enfance à la cathédrale Saint-Irénée, vous recevez, par la liturgie orthodoxe, la révélation de la foi orthodoxe et de l’église orthodoxe. Ayant la certitude que là est votre place, vous décidez de consacrer votre vie à l’une et à l’autre. C’est ce que vous faites depuis un demi-siècle.
l’église orthodoxe de France a alors pour âme et pour guide l’archiprêtre Eugraph Kovalevsky, qui sera sacré évêque en 1966 par l’archevêque Jean de San Francisco, de l’église Russe Hors Frontières, un saint authentique (il a été canonisé en 1994). Le Père Eugraph, qui devint dès lors votre père spirituel, était, selon de nombreux témoignages, à la fois un génie et un saint, qualités qui ne prédisposent pas au conformisme. Et, en effet, il était tout sauf conformiste, ce qui engendrait beaucoup d’incompréhensions, mais aussi des admirations et des dévouements sans réserve. Vous vous inscrivez immédiatement dans la seconde catégorie.
L’œuvre de toute la vie de l’archiprêtre Eugraph Kovalevsky, puis évêque Jean de Saint-Denis, dont vous êtes le continuateur, a consisté à réédifier une Eglise à la fois antique et neuve, conforme aux besoins spirituels des Français contemporains comme elle était conforme à ceux de leurs ancêtres. Cette œuvre a été authentifiée, par la bénédiction de l’église de Russie, en la personne du métropolite (plus tard patriarche) Serge de Moscou ; puis par l’église russe hors frontières, en la personne du saint archevêque Jean de San Francisco ; et enfin par l’église de Roumanie, en la personne du patriarche Justinien de Bucarest.
En ce qui vous concerne, vous êtes très vite devenu un de ses collaborateurs privilégiés. Ordonné prêtre en 1960 par l’archevêque Jean de San Francisco déjà cité, vous êtes nommé cinq ans plus tard membre du conseil épiscopal, puis vicaire général au début de 1967 ; à la fin de la même année, sur la proposition de votre évêque, l’assemblée générale de l’église vous élit comme évêque coadjuteur (en effet, dans la tradition orthodoxe, les candidats à l’épiscopat doivent être élus par le peuple et le clergé avant de recevoir leur consécration).
Enfin, après ce que les orthodoxes appellent « la naissance au ciel » de l’évêque Jean, vous êtes sacré évêque en votre cathédrale Saint-Irénée, à Paris, par trois prélats roumains venus spécialement pour l’occasion, dont un, le métropolite Nicolas du Banat, vit toujours.
Dans le cadre de l’Institut orthodoxe français de Paris Saint-Denys fondé par votre prédécesseur, et où vous œuvrez depuis 44 ans, vous enseignez les matières fondamentales : Ecriture sainte, dogmatique, patristique, spiritualité, ecclésiologie, droit canonique. Certes, vous ne constituez pas à vous seul le corps professoral, mais votre champ d’enseignement recoupe celui de tous les autres professeurs.
Enfin, la présence au monde. Tout comme votre prédécesseur l’évêque Jean, vous ne refusez aucune invitation à donner une conférence ou à participer à un colloque, à une rencontre, que ce soit en France ou à l’étranger. C’est pourquoi on ne compte plus vos interventions et échanges dans les milieux les plus divers : universitaires ou populaires, littéraires ou scientifiques, religieux ou a-religieux, spiritualistes ou matérialistes...aucun ne vous est étranger. C’est ainsi qu’il vous a été donné d’avoir des échanges d’un vif intérêt avec le père d’un de vos co-lauréats d’aujourd’hui : le cheikh Si Hamza Boubakeur, grande figure de l’Islam en France.
Au passage, je signalerai vos anciennes fonctions de vice-président de l’Anglo-Orthodoxe Ce qui, semble-t-il, caractérise ses assemblées, liturgiques ou non, c’est un certain non conformisme, de la vigueur, de la chaleur; c’est aussi ce que, d’un terme chrétien, on nomme la charité. Celle-ci s’exerce particulièrement en faveur des déshérités ; et c’est ainsi qu’un de vos prêtres s’occupe des plus misérables dans le plus misérable des pays, je veux dire les enfants abandonnés en Haïti.
C’est pour toutes ces raisons qu’il nous a paru judicieux de distinguer en vous, Monseigneur - et à travers vous, l’institution que vous présidez - un homme au service du Bien public parce qu’au service de l’Humanité. 
                             
Papa Khaly NIANG.
Français autant que Sénégalais, l’homme est tout jeune et pourtant si je devais donner la liste de ses diplômes, de ses diverses participations, nous pourrions lui consacrer une soirée spéciale.
Pour le plaisir je vais vous donner un aperçu de son talent :
Criminologue: Expert en politique de sécurité intérieure ; Droit pénal et Sciences Criminelles ; Avocat à la Cour d’Appel de Paris  ; Chargé d’enseignement pour la formation des policiers municipaux au Centre National de la Fonction Publique ; Spécialiste des Sciences de l’Inadaptation et de la Délinquance Juvénile ; Vice-Pdt du Groupe National Sénégalais de L’Association Internationale de Droit Pénal.
Il est l’auteur de l’ouvrage sur : « l’expérience française des Polices Municipales »
Sa formation est universitaire mais je vous fais grâce de la liste.
Au titre d’expérience et de recherche, il participe :
Aux actions développées par la police dans le domaine de la prévention de la délinquance ; aux travaux thématiques médico-judiciaire sur le thème : « prévention des grandes catastrophes » en collaboration avec l’Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) ; à l’expérience française et à l’élaboration d’un statut juridique particulier  des Polices municipales,; contribue à la recherche d’un cadre de réflexions pour la création de la Police municipale sénégalaise ; participe aux travaux du XVe Congrès de Droit pénal tenu à RIO DE JANEIRO ; intervient dans le cadre des travaux sur le thème : « Gestion pluraliste de la sécurité », organisé par l’Institut des Hautes Etudes de la Sécurité Intérieure (IHESI) ; Intervenant au séminaire de formation des Hauts Fonctionnaires francophones (de l‘Afrique Noire, de l’Océan Indien occidental, d’Afrique du Sud et de l’Amérique Centrale)  ; Il intervient aussi pour l’Association Internationale des Maires Francophones sur la Politique de Sécurité .
Il a aussi une activité professionnelle :
Conseil en sécurité Intérieure ; Enseignant en Droit et Sciences Criminelles ; Avocat à la Cour ; Membre de la Convention des Droits de l’Enfance pour la protection juridique de l’Enfant en difficulté ; Il est aussi présent dans la mise en place d’un Observatoire permanent de la Prévention de la Délinquance.
Regard sur sa vie associative :
Membre de l ‘Association Internationale de Droit Pénal ; Vice-Président du Groupe national sénégalais de l’Association Internationale de Droit Pénal ; Membre du Comité Scientifique de la revue du Groupe national sénégalais de l’Association Internationale de Droit Pénal ; Représentant du Groupe national sénégalais au Conseil de Direction de l’Association Internationale de Droit Pénal tenu annuellement à la Cour de Cassation à Paris ; Président de la Fondation pour le Développement de Fatick ; Participation aux travaux scientifiques du statut de la Cour Pénale Internationale.
J’allais oublier… Il plaide aussi… Evidement pas uniquement en France, par exemple : Il a été l’avocat de familles de victimes françaises dans l’affaire du chavirage du bateau le  “Joola“ au Sénégal ; Il plaide l’affaire du colonel  « BABY » de Mauritanie et assure la défense de  l’ancien Premier Ministre du Sénégal…
Il trouve même le temps de faire de l’athlétisme, natation, boxe française, vélo. 
Il vient de créer à Dakar l’Académie Internationale des Hautes Etudes de la Sécurité dont il est naturellement le Président.
Il met en place une collaboration avec trois Universités françaises,afin que tous les diplômes correspondants obtenus au Sénégal, soient aussi reconnus en Europe.
Profondément attaché à la justice, à l’ordre et à la paix, il donne tout son temps à la construction d’une société qui doit retrouver  ses valeurs essentielles.
Le Sénégal par tradition en a conservé la majeur partie et je trouve agréable que Papa Khaly descendant de ce peuple que nous avons osé coloniser vienne nous redonner ce que la France a perdu au nom du progrès : les valeurs humaines indispensables pour que vivent en paix et dans le respect tous les citoyens de la Terre.
C’est pourquoi, la Ligue Universelle du Bien Public vous décerne avec honneur sa médaille d’or.             

                



























Partager cet article

Repost 0
Ligue Universelle du Bien Public - dans Nos manifestations